El Cambuche du 21 au 29 mars 2015

Toute la programmation du Cambuche aura lieu à l'Espace des diversités et de la laïcité dans le cadre de CinéLatino. Toutes les projections sont gratuites.

 

 

SAMEDI 21 MARS

 

Avortement, le combat continue en France et en Argentine

 

18h : Rencontre apéro solidaire avec le Planning Familial 31

 

Invitation à venir échanger avec des militantes du Planning Familial 31 sur le droit et les conditions d’accès à l’avortement aujourd'hui ainsi que sur les actions de l'association et notamment d'accompagnement des femmes mineures et des femmes qui ne sont plus dans les délais en France. Aussi, nous pourrons parler de la mobilisation menée depuis plusieurs mois pour que l’association puisse fonctionner au plus près des besoins réels des personnes en Haute- Garonne. Dans la salle 5 au 1er étage.

 

20h : Projection-débat

 

Aborto Clandestino. Crucifixión Democrática, Collectif Elsa Torres, Argentine, 2011, 61', VOSTF

Actions de collectifs féministes pour le droit à disposer de son corps dans un contexte où l’Eglise puissante s’oppose à un projet de loi qui légaliserait un avortement sûr et gratuit. Enquête dans la société argentine où un avortement a lieu toutes les minutes, où les médecins sont officiellement contre la dépénalisation de l’IVG mais où les femmes payent très cher (alimentant un trafic d’1 milliard de pesos par an), voire perdent la vie (au moins 3000 décès par an).

 

 

Débat avec le Planning Familial 31 mobilisé depuis novembre 2014 pour le maintien de l'activité de l’association à Toulouse. Toutes les infos sur le site internet - www.haute-garonne.planning-familial.org et la page facebook - https://fr-fr.facebook.com/planningfamilial31

 

 

 

DIMANCHE 22 MARS :

 

Fenêtres sur l’utopie zapatiste

 

20h : Projection-débat

Estos dolores somos, hommage poétique à la Marche pour la Dignité, Roberto Olivares, Mexique, 2001, 6', VOSTF

Montage de photographies et de fragments de discours qui propose un hommage poétique à la Caravane organisée par l’EZLN (armée zapatiste de libération nationale), en lien avec la société civile, appelée la « Marche pour la Dignité Indigène ».

La leçon de l’escargot, Sylvie Lapointe Québec, 2012, 56’, VF

Un documentaire poétique sur une utopie politique. Dans les montagnes du Chiapas au Mexique, une petite école primaire grouille de vie. Avec les enfants de T’IVO, le songe devient petit à petit, une réalité émouvante. Une autre vision de leur histoire, de leur culture dans leur langue maternelle leur est enseignée. Ils explorent, sans subside gouvernemental, une alternative éducative afin de créer un chemin différent vers un autre monde possible A travers la construction de l'éducation sont mis en valeur dans le film les efforts exercés pour bâtir l’autonomie et la liberté d’une société.

L’homme de maïs, Irving Mondragón, Mexique, 2014, 23’, VOSTF

Un voyage à travers l'espace-temps dans la cosmovision mésoaméricaine, la conception du calendrier maya et la réalité mexicaine. Les hommes de maïs continuent à écrire leur propre histoire.

 

 

MERCREDI 25 MARS

 

« Comunicación popular »

 

14h : Atelier-vidéo pour enfants (10-13 ans)

 

À partir de l’expérience de « Verde a la Lata » à Bogota en Colombie, et par l’outil de la vidéo, nous ferons découvrir aux enfants et les aiderons à s’exprimer sur la nécessité de parler de l’eau, comme droit fondamental et ressource non renouvelable.

Pour faire le pont entre Bogota et Toulouse, le projet dit en Colombie d’« édu-communication » peut permettre aux enfants de faire émerger des questionnements et de participer à élaborer des stratégies pour la protection de notre environnement et des droits humains fondamentaux. La communication populaire est un mécanisme, un outil, qui peut aider à la sensibilisation et à la dénonciation de conflits dès le plus jeune âge.

 

Dans la salle 1-2 au 1er étage. Places limitées, inscription auprès d’Anita : rojas.solano.anita@gmail.com

 

 

 

16h : Projection-débat

 

Précédée d’une intervention poétique : adaptation de Lumière de Mai de Juan Gelmàn (poète et militant argentin) par le Théâtre de la Passerelle. Le Théâtre de la Passerelle propose des ateliers de dynamisation par les techniques du théâtre(voir en bas de page).

 

Deux documentaires courts de Verde a la Lata et un documentaire de Techotiba Communication Alternative, Colombie, 2014, 15’, VOSTF

 

Verde a la Lata" Ce projet est né du besoin de parler de l'eau et des activités humaines menées par ses canaux. Il est proposé à des enfants et à des jeunes de voyager de la naissance d'un ruisseau jusqu'à la bouche d'une rivière polluée (ici le Tunjuelo) pour générer réflexions et discussions. Le droit pour l’eau implique la nécessité de trouver des moyens de recyclage différents, de la diversité dans les constructions humaines pour le logement, des alternatives de gestion des déchets humains...

 

"Techotiba Communication Alternative" Avec une approche participative de l’éducation aux médias et de la communication sociale, un appel a été lancé à divers groupes intéressés par le sujet pour lier leurs expériences et en construire de nouvelles. Face aux attaques du système éducatif public et de la démocratie, un mouvement d’enseignant-e-s tente de répondre et de dénoncer les intérêts et les actions de certains secteurs totalitaires niant les droits de l’homme.

 

Libertatia, construyendo nuevos mundos, Video Mitote, Colombie, 2014, 31’, VOSTF

 

Le documentaire présente par la voix de ses membres et d’habitant-e-s du territoire un centre social autogéré de la banlieue de Bogotá. « Un pari collectif, un rêve construit par toutes celles et tous ceux que nous rencontrons. C’est une opportunité de construire un espace différent...».

 

 

 

VENDREDI 27 MARS

 

Biodiversité et souveraineté alimentaire

 

18h : Projection-débat

 

L'Université Nomade propose de débattre des luttes actuelles menées par Pétanielle et La Via Campesina avec Josie Riffaud de Confédération Paysanne-Via Campesina et Michel Metz de Pétanielle (Réseau Semences Paysannes).

 

Pétanielle fait son battage, Céline Ostyn et Roberto Carlos Sosa-Université Nomade, 2013, 8' VOF

Pétanielle est un réseau de paysans(nes) et jardiniers(ères) solidaires pour maintenir une biodiversité cultivée et vivante. Il propose de conserver et de multiplier des variétés paysannes de blés dans les champs et les jardins et que le résultat soit le fruit du travail de tous et toutes !

 

L'appel de Jakarta, documentaire de Via Campesina TV, ZinTV et Alba TV, 40', VOSTF

183 organisations de 88 pays, plus de 200 millions de personnes. La Via Campesina, mouvement paysan international, se retrouve à Jakarta en Indonésie pour célébrer ses 20 ans de luttes et de solidarité. Comment transformer le monde ? Émergeant des organisations paysannes de partout dans le monde, les propositions fusent : la souveraineté alimentaire, l’agroécologie, la justice sociale et climatique, la solidarité, les semences, l’eau, la lutte des femmes, des jeunes, des peuples autochtones, des migrants, la réforme agraire et la terre à ceux et celles qui la travaillent.

 

 

Ayotzinapa, le crime de trop

 

20h : Projection-débat

 

Précédée d’une intervention poétique : adaptation de Lumière de Mai de Juan Gelmàn (poète et militant argentin) par le Théâtre de la Passerelle. Le Théâtre de la Passerelle propose des ateliers de dynamisation par les techniques du théâtre (voir en bas de page).

 

Après la disparition de 43 étudiants et la mort de 6 autres suite à une attaque menée par la police en septembre dernier à Iguala de nombreuses mobilisations ont eu lieu à travers le pays pour exiger justice.

Mais à plus de 5 mois de ces évènements, les gesticulations de l'Etat, lié aux cartels de la drogue et corrompu à tous niveaux continue à offrir une version tronquée, sans fondements scientifiques et basée sur des témoignages peu fiables.

Depuis 10 ans, c'est une véritable politique de terreur et de répression qui s'est installée au Mexique et qui touche toute personne qui ose protester contre ce narco-état : étudiant-e-s, activistes, journalistes, professeur-e-s, peuples indigènes, paysan-ne-s. Aujourd'hui règne au Mexique une narco-dictature, un cauchemar néolibéral dans une de ses pires expressions.

 

Le peuple mexicain fait donc appel à l'attention et à la solidarité internationale.

 

Ayotzinapa: La lucha sigue, Otros Mundos A.C., Mexique, 2015, 25', VOSTF

A Iguala, une journée de recherche est organisée en janvier par les parents des élèves de l'école normale avec la société civile. Le film montre la force et la persévérance avec lesquelles ils luttent chaque jour pour que justice soit faite.

 

 

Le documentaire sera accompagné par des courts reportages vidéo et suivi d’un débat avec des membres du collectif Ayotzinapa Toulouse.

 

 

 

SAMEDI 28 MARS

 

L’Art intersidéral est au rendez-vous

 

14h : Expositions, vidéo-conférence et concert

 

Une rencontre visuelle, colorée, auditive, gustative, avec des formes en une, deux et trois dimensions... Les artistes nous guideront dans des échanges de projets, des partages d’idées. Une rencontre collective avec trois artistes vivant en Colombie, Javier MALAGON et Omar RUIZ HIDALGO, et au Mexique, Malena DIAZ, le collectif artistique toulousain GUAYABO COLECTIVO et le duo de musique argentine LAS MANOS RAICES.

 

 

14h : Expositions, vidéo-conférence et concert

 

 

 « Alerta ! un refugio » / « attention ! Là un refuge »  

 

Bienvenues  Mesdames  et  Messieurs  à  l’ensemble  des  vestiges  laissés  par une action authentique, la plus belle, la plus heureuse!!. Mesdames et Messieurs venez voir les témoignages soutenus par l’expérience plastique, celle qui rend aux peurs ses visages les plus absurdes, et qui donne à la joie un nouvel esprit plus hilarant!!. Soyez témoins des objets qui refusent de se perdre dans l’ambiguïté de l’espace! Venez! entrez au « Refugio »  et faites plaisir à vos sens…!! Ne vous inquiétez pas  si  vous  ne  connaissez  pas  le  dessin,  la  peinture  ou  la  sculpture.  Le «Guayabo colectivo»  vous invite à découvrir cet univers!, à travers les multiples visages que prennent des objets en cachant leur sens... comme la nuit prend son refuge dans l'absence de la lumière...

 

 

Programme:

 

De 14h à 15h Installation participative.

 

De 15h à 16h « rencontre visuelle » visite des expositions à l’intérieur des salles et a l’extérieur.

 

A 16h vidéo conférence avec les artistes, Malena et Javier. Enregistrement d’Omar.

 

A 17h « rencontre auditive » Concert de Las Manos Raices.

 

 

A 18h « rencontre gustative » Apéro Participatif.

 

Dans la salle 1-2 au 1er étage.

 

19h-20h : Finissage de l'exposition de Sarah Quilleré « Le chemin des indiens morts » liée au film « Mushaiha, un cauchemar wayuu », qui sera projeté à 20h ensuite dans le cadre de la soirée « Mauvaises mines ».Claude et Liliane Bernhardt de l'association Crear Escuela qui ont partagé une expérience culturelle avec la communauté wayuu à la Guajira pendant 4 mois seront avec nous pour commenter l'exposition et échanger sur la situation à la Guajira.

  

Javier MALAGON (Bogotá) Colombie

Architecte et diplômé Photographie spécialiste de l'Université nationale de Colombie. Son travail photographique parle des événements et des histoires de la vie quotidienne et de la relation avec l'environnement et l'espace. Il a été finaliste au concours international de photographie "We Love Photographie» de la photographie espagnole Quesabesde la page et de la National Photo Contest Fotopolis une ville regards de la société Canon.

https://www.flickr.com/photos/javiermalagon/

 

Malena DIAZ (Tlaxcala) Mexique

Photographe et artiste plastique, Son travail depuis 1998, en tant que photographe, en passant par l’art objet, recycl’art, des poupes, meuble entre autres, nous montre une perspective de son imaginaire et une artiste accomplie, son séjour à Toulouse France pendant une longue période et maintenant au Mexique, nous donne envie de savoir d’elle et de continuer a partagé son parcours.

http://www.malenadiaz.com/curriculum.htm

 

Omar RUIZ HIDALGO (Medellín) Colombie

Artiste peintre et dessinateur, depuis 1996 son intérêt pour l’art dans l’Académie, depuis 1998 fait des expositions individuelles et collectives, de scénographies, entre autres, l’an dernier 2014 au ciné latino, son exposition a fait partie du programme. Vous pouviez le découvrir et partage avec nous sa passion.

http://www.omarruizhidalgo.com/

 

GUAYABO COLECTIVO

Un collectif qui regroupe des artistes d’origine latino américain résidant à Toulouse, France. Jeunes, voyageurs, passionnés, ils sont motivés, énergiques, audacieux et entreprenant. Leur travail se ramifie autour de diverses expressions artistiques telles que l’animation audiovisuelle, la fusion de musiques et de danses traditionnelles, les arts plastiques et la littérature.

http://guayabocolectivo.com/

 

Las Manos Raíces

Duo de musique Argentine, Gabriel JORDAN Guitariste, chanteur et compositeur argentin a créé un projet musical, sa musique colorée, imagée, est imprégné par les hauteurs et la culture des Andes, la terre ou il est né et grandi. Accompagné par Miguel FERNANDEZ, percussionniste Catalán. Gabriel fait partie de l’association cimi Mondes que regroupe, musique, theatre, danse et conte.

http://cimi-mondes.com/index.php/fr/les-spectacles/les-concerts/91-l-m-r

 

 

Mauvaises mines

 

20h : Projection-débat

 

Les communautés indigènes et paysannes en Colombie s’organisent contre le saccage de leurs territoires par les compagnies minières multinationales.

 

Débat avec le collectif Getulio y Quejulias de Toulouse et Claude et Liliane Bernhardt, de l'association Crear escuela.

 

Boyacá avec sombrero et poncho tisse la protection de son terroir, Lucas Rodriguez, CINEP, 10’, VOSTF

Un parcours dans le contexte des conflits socio- environnementaux, un regard sur les impacts de l’exploitation minière dans notre territoire. Quels sont les principaux conflits environnementaux à Boyacá ? Qui sont les personnes concernées ? Dans quelques années, quelles seront les répercussions sur notre territoire, nos écosystèmes et notre culture ?

 

Que pouvons-nous faire, que peut faire la société civile pour ne pas répéter la tragique histoire de sécheresse contre laquelle la population du département de Casanare a tant de fois mis en garde ? Qui sont les responsables de cette frénésie extractive ? Des compagnies comme Carboandes, Maurel and Prom, Maple Minerals, MMEX Mining Corporation déjà présentes sur la région de Boyacá ?

 

 

Mushaïsha, un cauchemar wayuu, Carlos Piedrahita et Sebastian Grisales, 2013, 50’, VOSTF

Le projet  Mushaisha aborde la thématique de la contamination générée par la multinationale minière d’extraction de charbon, le Cerrejon, à la Guajira, en Colombie. La mine occupe une large partie du territoire ancestral de la communauté indigène la plus grande du pays : le peuple Wayuu. Un modèle d’exploitation si intense est-il soutenable d’un point de vue social et environnemental ? Quels sont les impacts de la mine à ciel ouvert sur l’eau, la terre et l’air des territoires de la communauté wayuu ? Mushaisha, c’est le voyage d’une mère wayuu avec son fils en quête de réponses à ces questions.

 

 

Le chant du maïs, Sur la route des Indiens de Colombie, documentaire sonore, Benoit Bories, Faïdos sonore, Arte Radio, mai 2014, 21’48’’, VOF

Présenté par le collectif Getulios-Quejulia qui diffuse les actions menées par des collectifs de Boyacá en Colombie contre l’exploitation minière.

Béatriz, franco-colombienne, revient dans son pays d'origine. Ce voyage est aussi l'occasion de retrouver ses racines, que ce soit la culture du maïs ou auprès des paysannes indiennes. Ces communautés sont menacées par l'industrie minière qui se développe fortement dans la région de Boyacá. A l'ombre de cette disparition annoncée, un retour au pays marqué par la douceur du paysage sonore et le rire des habitants croisés sur les chemins des Andes.

 

 

 

Exposition de photos de Sarah Quilleré « Le chemin des indiens morts » :

 

« Le chemin des indiens morts » est une référence au travail de Michel Perrin, anthropologue spécialiste des Wayuu.  Pour les Wayuu, le chemin qui mène à la mort génère une autre forme de vie. Ce titre est évocateur aussi en ce qu’il suggère la longue lutte de ces  communautés du nord de la Colombie, littéralement asphyxiées, depuis 30 ans, par la présence sur leur territoire de la plus grande mine de charbon à ciel ouvert du monde. 

 

Cette exposition n’est qu’un modeste hommage à la résistance de ce peuple. Quelques photos pour vous les faire connaître, pour qu’ils ne soient pas oubliés… 

 

 

Télécharger le programme complet
Prog_Cambuche_2015_recto.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB
prog_cambuche-2015-Verso.pdf
Document Adobe Acrobat 2.8 MB

Réunion publique du collectif tous les derniers vendredi du mois au Hangar de la Cépière, 8 bis rue de Bagnolet, métro Arènes.

Prochaine réunion : en septembre...