Le programme du Cambuche 2005

 

RENCONTRES ET ATELIERS

 

 

Atelier de l’Université Nomade à la Salle Sénéchal le dimanche19 mars : Acquisition numérique et analogique d'un appareil enregistreur à un ordinateur, montage à partir d’échantillons (voir programme page suivante).

 

Activités proposées dans la cour de la Cinémathèque :

 

Dimanche 19 mars à 15H :

Présentation d’un CD de musique autochtone d’enfants de Bolivie par l’association Ñanta

 

Lundi 20 mars à 14H

Présentation de l’association INTI et cours d’initiation à une langue amérindienne

 

Mercredi 22 mars à 15H

Atelier de fabrication d’arepas colombiennes (galettes de maïs) par les associations Americasol et Magdalena

 

Jeudi 23 mars à 14H30

Présentation de l’association Mut Vitz 31 et discussion :Des expériences d’économie solidaire sont-elles possibles?

 

Vendredi 24 mars à 14 heures : Débat sur l’éducation en Amérique Latine par Magdalena

 

Dimanche 19 mars :

LA TERRE – Résistances paysannes

 

10 hAccueil : présentation du projet d’échanges d’expériences par l’Université Nomade et de Sur a Sur inscriptions pour l’atelier découverte : ateliers « débutant » et « + expérimenté »

 

13 h Atelier-découverte d’un outil multimédia (montage son et images) au service d’échanges internationaux (demander le programme détaillé au Cambuche).

 

15 h 30 :

Présentation et projection d’un DVD « Paysanneries du monde » - Quelles formes de luttes rurales et urbaines pour une agriculture écologique viable pour tous ? - 52 min, Aurèle Vendée, Benoît Bories, Julien Terrie; Augustin Plata Huertas.

DVD réalisé lors de l’accueil d’une représentante du Mouvement des sans terre ( MST) du Brésil par des paysans et citadins en Midi-Pyrénées ( "Rencontres avec un autre Brésil" 2005).

 

17 h :

Débat présenté par L’Université Nomade :

-autour de la promotion d’une agriculture locale durable, avec de nombreux invité-e-s,

- avec la participation de Sylvia Perez-Vitoria, auteure du livre « Les Paysans sont de retour » (Actes Sud).

(possibilité de retransmission en direct des débats sur la radio internet d'Indymedia Toulouse http://toulouse.indymedia.org http://hackitectura.net:8000) et par différé sur Canal Sud.

 

20h30 :

"La Draille",de Gérard Martin, 2002, 26 min.

C'est l'histoire provençale d'un paysans privé d'accès à la terre. Laurent est à la tête d'un magnifique troupeau de vaches. Quand les propriétaires qui lui louaient des prés vendent aux promoteurs immobilier, il part pour la "draille"…

 

"La Terre est à ceux qui la travaillent" ("La Tierra es de quien la trabaja"), VOSTF, 15 min, Production Audiovisuales de los Caracoles, distribution Promedios.

L'éco-tourisme, l'une des propositions de développement du Plan Puebla Panama, met en avant un soi-disant bien-être collectif qui cache la véritable intention de réduire la cosmovision indigène à un bien marchand. La résistance zapatiste montre que la terre et la culture ne sont pas à vendre, encore moins à privatiser.

 

"Nous avons découvert les racines" (Descubrimos las Raizes)

La Mistica du Mouvement des sans Terre brésilien, J. Terrie, Brésil, 26 mn,

 

 

 

 

 

 

Lundi 20 mars :

INDIGENES

 

11h :

"Regard à l'intérieur : la militarisation du Guerrero" ("Miranda hacia dentro"), de Carlos Efrain Perez Rojas, Mexique, 2005, 34 min., distribution Promedios

Inés et Valentina, deux femmes indigènes des montagnes du Guerrero, ont été violées par des soldats. Sous prétexte de lutte contre la drogue, l'armée harcèle les population et bouleverse la vie communautaire. Des voix libres s'élèvent pour tomber le masque du discours simulateur des autorités fédérales, dénonçant la répression et l’impunité qui continue de protéger l’armée mexicaine.

 

"Radio Ñonmdaa", Mexique, 2005, 10 min., distribution Promedios

En décembre 2004 la municipalité autonome de Xochistlahuaca, au Guerrero, a lancé la radio communautaire Ñonmdaa (la parole de l’eau en langue ‘amuzgo’) pour renforcer la mise en pratique de l’autonomie. Des inspecteurs des médias de communication ont tenté de leur retirer leur équipement.

- présenté par le Collectif Chiapas

 

14h :

"En defenza de la madre tierra" 45 min, VO, de Jaime Gutierrez

La vision indigène (huit communautés indigènes de la région d'Antioquia, Colombie) de la création du monde.

- présenté par l'association Magdalena

 

16 h :

"La Fragile Armada",de Jacques Kebaldian et Joani Hocquenghem, Mexique/France, 111 min.

Un matin, en 2001, escortés par une caravane de tous les horizons, les zapatistes sortent du Chiapas pour un voyage de trois mille kilomètres jusqu'à Mexico pour exiger l'application des Accords de San Andrès sur les droits des peuples indigènes...

- présenté par le Collectif Chiapas en présence des réalisateurs (sous réserve)

 

18h :

"La Tierra nuestra esperanza", de Violeta Chávez et Bertha Rodríguez, Mexique 2004, VOSTF, 29 min., Production Unión de Comunidades de la Zona Norte del Istmo (UCIZONI), Grupo de Trabajo Colectivo del Istmo de Tehuantepec (GCTI).

Expose le mécontement et la résistance de la population face à l’imposition des politiques économiques du Plan Puebla Panama (PPP) qui veut créer les conditions d’investissements des entreprises transnationales dans l’Isthme de Tehuantepec, Oaxaca.
Prix : « Défense des Peuples Indigènes » - VII Festival International de Ciné et Vidéo des Peuples Indigènes- Wallmapu (Chile - 2004)

 

Débat  d’INTI France et du CLACPI (Conseil Latinoaméricain de Ciné et Communication des Peuples Indigènes) « TLC* et Résistance des peuples indigènes au Mexique »

Invités : Juan José Garcia (Réalisateur mexicain et Président du CLACPI), José Reynes, réalisateur français du cinéma indigéniste (membre fondateur de l'association Alter Doc) et membres d’INTI France

*TLC = Traité de Libre échanges des Amériques

 

20 h :

"Florcita del parque" CEFREC Bolivie VOSTF, 9 mn.

 

"Mama Coca", François Badaire, France, VOSTF 40 mn.

Mama Coca interroge les enjeux qui entourent la feuille de coca en Bolivie. Le travail des cocaleros boliviens de la vallée des Yungas, au pied de la cordillère des Andes, et analyse les enjeux qui se dissimulent derrière « l’illégalité de la feuille de coca ». Une mise au point plus que nécessaire au moment où les Etats-Unis cherchent à diaboliser les cocaleros en les assimilant à des narcotrafiquants.
Elle est mastiquée par les Indiens depuis des millénaires. Considérée comme une plante sacrée, elle possède des vertus curatives, prouvées scientifiquement. Ce documentaire fait tomber de nombreux préjugés et donne à voir une réalité de la Bolivie très éloignée de celle que veut imposer le gouvernement états-unien.

 

Débat  d’INTI France et du CLACPI (Conseil Latinoaméricain de Ciné et Communication des Peuples Indigènes)

« Feuille de Coca : drogue ou tradition ? »  Actualité politique et sociale de la Bolivie

Invités : Yvan Sanjines (réalisateur bolivien), Sonia Chiri (réalisatrice quechua bolivienne) et membres d’INTI France..

 

 

22 h :

"Femmes Unies", ("Mujeres Unidas¨), VOSTF, 15 min. /Caracol IV), Production Audiovisuales de los Caracoles, distribution Promedios.

Documentaire réalisé en majorité par des femmes tzeltales qui témoignent de l'importance de s'organiser et de travailler ensemble en tant que femmes...

 

"Coopérative des Femmes pour la Dignité" (¨Sociedad Cooperativa Mujeres por la Dignidad¨), VOSTF, 9 min. / Caracol II), Production Audiovisuales de los Caracoles, distribution Promedios.

Promotion d’une coopérative d'artisanat, images du quotidien, du savoir-faire des femmes en résistance…

 

"La vie de la Femme en Résistance" (¨La Vida de la Mujer en Resistencia¨), VOSTF, 17 min. / Carcol III), Production Audiovisuales de los Caracoles, distribution Promedios.

Ce film répond à de nombreuses questions, de la voix même des femmes zapatistes, concernant leurs conditions de vie et les changements de leur situation, depuis la publication en 1994 de la "loi révolutionnaire des femmes zapatistes".

-présenté par le Collectif Chiapas

 

 

Mardi 21 mars :

REALITES

 

11h :

"Le mur de Taniperla", de Dominique Berger, VF, 52 mn, Production SAGA FILM Belgique

Une fresque murale réalisée pour l'inauguration d'un municipe autonome au Chiapas est détruite par les militaires dès le lendemain et devient le symbole de la résistance zapatiste. Elle est aujourd'hui reproduite sur des murs du monde entier.

- présenté par le Collectif Chiapas

 

14h :

"El Chavo de 8", de Roberto Gomez Bolaños

Un bonnet, un tonneau et un enfant de 8 ans entouré des habitants du quartier. Le rendez-vous obligé de 3 générations autour de personnages qu'on a tous croisé dans notre quartier. La veuve, le veuf, la divorcée, le prof, le facteur, etc.…que de la nostalgie latino-américaine et un pur moment de quotidienneté à découvrir.

 

16h :

"Voces desde la Tierra", de Natalia Diaz Martinez, VO, 38 min.

La majorité des déplacements forcés en Colombie ces dernières années sont le fait de groupes paramilitaires qui agissent avec l'aide, l'accord tacite ou le consentement direct de la force publique. Les causes des déplacements sont toujours les menaces, les assassinats, les massacres et les affrontements armés. Mais derrière cela, il y a aussi les intérêts que représentent la terre et les grands projets ainsi que l'impunité qui protège les auteurs des violations des droits de l'homme. Une de ces communautés déplacées raconte son vécu et nous livre un témoignage de lutte et de résistance humaines.

présenté par l'association Magdalena

 

18h :

"Mémoire d'un saccage" de Fernando Solanas, Argentine, 2004, VOSTF, 1h55.

C'est l'histoire de ces 25 dernières années, de la dictature militaire à aujourd'hui. L'Argentine a subi l'un des effondrements économiques et sociaux les plus brutaux qu'un pays ait pu connaître en temps de paix à cause d'un ultralibéralisme éhonté, spoliation des biens de l'état, explosion de la dette extérieure, corruption politico-financière massive.

Tout cela avec l'aide et la connivence de multinationales occidentales et sous le regard complice des institutions internationales. Cette politique de la terre brûlée abouti à un véritable "génocide social", un cataclysme inouï fait de famine, de maladies et de vies humaines sacrifiées.

présenté par Sur a Sur et France Amérique Latine

 

20h :

"Ciertos Vacios", Humberto Saco, Pérou, 2004, VOSTF, 20 mn, ACCUFILM

La caméra suit le parcours de trois orphelins du terrorisme et de la répression militaire des années 80 et 90 au Pérou, et se fait l’écho de la façon dont la violence affecte, encore aujourd’hui leur quotidien. Carlos Augusto a rencontré ses sœurs pour la première fois après de longues années, et ne ressent plus rien pour elles. La dernière fois qu’il les a vu, il avait un an. Désormais, il veut vivre sa vie, tout seul. Liz croit qu’en quittant la vie rurale, elle vivra mieux. Elle est atteinte d’une terrible dépression nerveuse. Lucio, lui, est en fuite.

 

"Manchay Tiempo" Maria Pia Medina, Florence Blum

France 2005, VOSTF 28 mn.

Entre 1980 et 2000, l'affrontement entre Sentier Lumineux et l'armée

péruvienne a causé la mort de près de 70 000 personnes, en majorité

dans les populations indigènes. Manchay Tiempo rassemble des témoignages de victimes et d'acteurs du processus actuel de réconciliation. Il évoque des éléments indispensables à la compréhension du Pérou : la pauvreté endémique, l'instabilité de la situation actuelle, le racisme. Pour éviter que l'histoire ne se répète, un devoir de mémoire mais aussi de profondes réformes sont nécessaires.

 

Débat d'INTI France et Pérou Pacha

" Populations Indigènes et paysans victimes de la violence du terrorisme au Pérou. Mémoire et Reconstruction "

Invités: Jovita Maeder (Directrice du Festival de Cinéma

 

Péruvien à Paris), Luis Bardon (familier des victimes de terrorisme) et des membres d'INTI France.

* Présentation du Festival de Cinéma Péruvien à la fin de la soirée

 

Mercredi 22 mars :

EDUCATION

 

11h :

"Palablras verdaderas", de Ricardo Casas, Uruguay-Espagne 2004, 54 minutes, VO

Mario Benedetti : poète uruguayen, connu et aimé par une multitude de

lecteurs, nous parle de son enfance, de ses engagements, l'exil, le des-exil

et les changements que ce dernier a eu pour lui et sa ville, Montevideo.

Le témoignage d'écrivains tels que Manuel Vasquez Montalban, Eduardo

Galeano, Saramago et autres composent le puzzle du poète qui ne reste

pas immobile au bord du chemin.

 

14h :

" Salve ! salve ! diablo del carnaval", de Béatriz Bérmudez et German Castañeda, VO, 35min

Le carnaval du festival de "El diablo" de Rio Sucio en Colombie où le métissage est très important.

- présenté par l'association Magdalena

 

17h :

"Guavirapote", de Sébastien Fabre et Léonore Mahieux, France VOSTF, 26 mn.

Dans cette langue de terre rouge, coincée entre le Brésil et le  Paraguay, vit, dispersée, la majorité de la population guarani argentine. Ruta 14, Guavirapote. Ce petit village guarani, situé dans un coin de ce qu'il reste de la forêt paranéenne, survit tant bien que mal.
A l'image de l'ensemble de la population guarani argentine, les habitants de Guavirapote sont confrontés au grignotage progressif de leurs terres. Si souvent, les responsables sont des entreprises de bois ou des grands propriétaires terriens, ici, c'est la venue de paysans sans terre qui  pose problème. Peu à peu, ils s'installent, brûlent la forêt, se rapprochant toujours davantage du village. Croyances, connaissances, habitat et alimentation, tout, pour les Guaranis, est lié à la forêt. La destruction de celle-ci et la perte de leur territoire posent donc la question de leur survie physique et culturelle.

 

Projection-Débat d’INTI France et l’Association Corredores Verdes

« Situation du Peuple Guarani de Misiones-Argentine »

Invités : Sébastien Fabre, Léonore Mahieux, Maite Rodriguez et membres d’INTI France

 

 

19h :

"Educacion para la paz", de Jaime Gutierrez, VO, 22 min.

Vision des indigènes (Tules) région du pacifique du département d'antioquia en Colombie, de l'éducation primaire pour les enfants.

- présenté par l'association Magdalena

 

20h :

"Ňanta", 20 min.

Présentation du Centre Ňanta et du travail avec les enfants des rues en Bolivie.

- présenté par l'association Ňanta.

 

 

 

Jeudi 23 mars :

ECOLOGIE

 

14h :

"Al Río Sinú", Colombie, 2001, VO, 35 min

La construction de barrages sur le cours du Rio Sinú menace la vie des 250 000 riverains de ce fleuve de 360 km de long dans le nord de la Colombie. Leur sécurité alimentaire est menacée avec la disparition des zones humides dont génération après génération les communautés paysannes étaient parvenues à tirer le meilleur parti. En outre, le bassin du Sinú est un des plus riches de la planète en plantes aquatiques et en poissons migrateurs...

- présenté par l'association Magdalena

 

"La lutte pour l'eau", Mexique, 2003, 14 min., VOSTF, distribution Promedios

L'accès à l'eau potable est un enjeu central de la lutte pour l'autonomie : des solutions communautaires mises en place par les zapatistes

- présenté par le Collectif Chiapas

 

18 h :

"Du Rio Negro à l'Usumacinta, le coût de l'électricité", de Ainhoa Rodriguez, Espagne 2003, VOSTF, 52 mn,.

Ce documentaire fait apparaître les conséquences sociales, culturelles, économiques, écologiques et humaines de la construction de grandes centrales hydroélectriques au Guatemala, s'appuyant sur l'exemple d'un cas paradigmatique, le barrage de Chixoy.

- présenté par France Amérique Latine

 

20h :

"Argentine, le soja de la faim" (sous réserve)

Le soja OGM en Argentine : une catastrophe sociale, économique et écologique.

- présenté par Sur a Sur

 

Vendredi 24 mars :

RESISTANCES

 

11 h :

"La Fragile Armada",de Jacques Kebaldian et de Joani Hocquenghem, Mexique/France, 111 min.

(rediffusion, voir projection de lundi 16h)

 

14 h :

"El viejo y Jesús : profetas de rebelión", Venezuela 2005, 74 min, VOSTF

de Marcelo Andrade Arreaza et le collectif calleymedia

Un documentaire sur deux personnes – un jeune de banlieue et un ancien professeur vivant dans la rue à Caracas. A travers leurs expériences et leurs positions apparaissent les contradictions de la "révolution bolivarienne"; qui tend à en finir avec la pauvreté au Vénézuela. Un processus qui se poursuivra certainement durant de nombreuses années. Ce ne sont pas tant les leaders politiques ni les avant-gardes éclairées qui sont au centre de l'attention, sinon la rébellion quotidienne venue d'en bas et sous-jacente. Un regard critique sans dénoncer un pays qui se trouve en mouvement.

- présenté par le Cercle Venezuela

 

18h :

"La Vega résiste", de Marc Villá, Venezuela, 2004, VOSTF, 45mn. L’histoire d’un quartier populaire de Caracas racontée par ses acteurs : les habitants. Pour mieux comprendre le « processus » de transformation sociale en cours au Venezuela à travers ses acteurs principaux, multiples et anonymes : les « petites gens » jusqu’à lors ignorés et méprisés.

- présenté par le Cercle Venezuela de Toulouse. (Cette association se propose de faire connaître le formidable espoir de transformations sociales que représente le Venezuela aujourd’hui par la diffusion de films et l’échange direct avec des communautés populaires.

 

20h :

"L'Autre Campagne", Mexique, 2006, VOSTF, 40 min., distribution Promedios

De la Sixième déclaration de la Forêt Lacandone au départ du délégué zéro (le Sous-commandant Marcos) pour un voyage à travers le pays. Le film, de toute actualité, retrace les rencontres et débats autour de la "Sexta" de l'été 2005 ainsi que les premières destinations de l'Autre Campagne qui s'est invitée sur l'échiquier politique du pays en pleine campagne électorale. présenté par le Collectif Chiapas

 

 

Dimanche 26 mars :

 

11h : rediffusion des films Promedios, 66 min. (voir descriptifs plus haut)

 

"Regard à l'intérieur : la militarisation du Guerrero"

"Radio Ñonmdaa"

"La vie de la Femme en Résistance"

"La Terre est à ceux qui la travaillent"

 

Depuis 1998, le projet Promedios soutien la pratique indépendante et autonome de communication notamment à travers la production de films vidéo dans les communautés indigènes en lutte.

 

-présentation du projet avec Goche Chomel, distributeur en France des films de Promedios et le Collectif Chiapas.

Réunion publique tous les derniers vendredi du mois au Hangar de la Cépière, 8 bis rue de Bagnolet, métro Arènes.

Prochaine réunion : Vendredi 25 mai 2018 à 18h.